Séminaire 13 novembre 2018

Séance 1 :
Modeler le vivant : la sélection entre hasard et finalités

 
Mardi 13 novembre 2018
de 14h à 16h

Centre scientifique d’Orsay
Bâtiment 430, rue du Doyen Georges Poitou – Salle Lederer (RdC)
Plan d’accès
Entrée libre

Organisateurs :
Julien Gargani, Directeur du Centre d’Alembert et
Annick Jacq, Chercheuse à l’I2BC (Institut de Biologie Intégrative de la Cellule), Université Paris-Sud.
Avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme MSH Paris-Saclay

Intervenants :
Guillaume Achaz, enseignant-chercheur UPMC, Muséum national d’Histoire naturelle
La sélection naturelle et évolution moléculaire: histoire, statut et perspectives.
Diaporame de présentation de Guillaume Achaz

Résumé : Bien que la la sélection naturelle fut à l’origine de la théorie de l’évolution, sa place fut disputée lors du débat opposant les sélectionnistes aux neutralistes dans les années 70-80. Démise de sa place de modèle de référence par la dérive génétique, elle fut reléguée au second plan à cause de son manque à expliquer la diversité observée au sein des espèces. Cependant, plusieurs observations nouvelles suggèrent qu’il est aujourd’hui nécessaire de rediscuter le dogme établi pour appréhender sereinement les véritables causes de l’évolution moléculaire et comprendre la place de la sélection naturelle face à
la diversité génétique au sein des espèces.

Isabelle Goldringer, chercheuse INRA, Génétique Quantitative et Évolution – Le Moulon
La sélection des plantes cultivées : de la domestication à la sélection participative.
Diaporame de présentation de Isabelle Goldringer

Résumé : Isabelle Goldringer nous présentera l’histoire de la sélection des plantes cultivées depuis la domestication jusqu’à la modernisation agricole, puis l’émergence récente des réseaux paysans et citoyens de gestion et de sélection de la diversité à la ferme et s’attachera à mettre en évidence, derrière la diversité des pratiques de sélection, des visions de la biodiversité et de l’évolution complètement différentes.